Questions fréquentes

Pratiquez-vous les interventions au cabinet ou en clinique ?

Les deux, selon la nature de l’intervention, la complexité de celle-ci, les pathologies associées, la durée à prévoir et bien sûr le désir du patient. Les interventions conduites au cabinet sont pratiquées sous anesthésie locale et concernent les extractions difficiles, la mise en place d’implants dentaires, certaines greffes osseuses, l’ablation des lésions de la peau et leur reconstruction, certaines chirurgies des paupières, les injections de médecine esthétique (comblement, toxine botulique). Dans ces cas là il est inutile d’être à jeun et le patient repart immédiatement après sa chirurgie ou après une courte période de surveillance en salle de repos.

Les interventions conduites en clinique obéissent à certaines règles qui vous seront expliquées par votre chirurgien durant la consultation de programmation, qui est obligatoire.

Quelles interventions peuvent être conduites en ambulatoire (arrivée à la clinique le jour même, intervention menée sous courte anesthésie générale et départ en moyenne quatre heures après celle-ci) ?

La procédure ambulatoire, de plus en plus pratiquée en France, obéit à certains critères : proximité géographique du patient par rapport à la clinique, surveillance possible par la famille ou un ami au domicile, sortie de la clinique accompagné d’un majeur. Les interventions pratiquées en ambulatoire sont : l’extraction des dents de sagesse, la mise en place de plusieurs implants sous anesthésie générale, la plupart des greffes osseuses, la chirurgie des lésions cutanées de grande taille, la chirurgie de la cloison nasale (septoplastie), la chirurgie des oreilles décollées (otoplastie), la chirurgie des paupières, la réparation de certaines fractures (fracture du nez et de la pommette en particulier).

Pratiquez-vous la chirurgie esthétique des seins ? du ventre ? des cuisses ?

Non, la chirurgie Maxillo-faciale est une spécialité d’organe dirigée exclusivement vers la face dans toutes ses composantes : peau, os, muqueuse, dents. Nous pratiquons donc exclusivement la chirurgie et la médecine esthétique du visage pour laquelle notre compétence est reconnue par le conseil de l’ordre des médecins.

Existe-t-il des solutions pour un menton trop en avant, trop en arrière ? une mâchoire décalée vers la droite ou vers la gauche ? un visage asymétrique ? un décalage des dents du haut et du bas rendant difficiles la mastication et la phonation ?

Oui, une prise en charge spécifique (menée conjointement par un orthodontiste et un chirurgien Maxillo-facial) a maintenant fait preuve de son efficacité pour ce type de demande. Vous pouvez prendre RDV avec l’un de nos médecins pour en faire une première approche.

Quelles solutions proposez vous pour remplacer des dents extraites ou délabrées ?

Les praticiens du centre sont médecins et chirurgiens. Ils ne pratiquent donc pas la confection d’appareil dentaire ni de bridge. Ils vous proposent par contre un remplacement dentaire unique ou multiple au moyen d’implants dentaires. Ceux-ci fonctionnent comme des racines en titane qui s’intègrent particulièrement bien à l’os des mâchoires, et fonctionnent par la suite comme piliers (racines artificielles) dans lesquels un correspondant dentiste va coller ou visser une (des) prothèse(s)dentaire(s). Les implants en titane représentent aujourd’hui le moyen le plus esthétique et le plus fonctionnel de réhabilitation dentaire (aucune différence avec une dent native, sensation de mâcher sur de vraies dents, prothèses fixes et ne se déboitant pas, changement de prothèse possible sans changement d’implant).

En quelle matière sont constitués les implants dentaires ou les plaques en chirurgie orthognathique ? est ce dangereux ? éprouvé ?

Les implants, plaques et vis sont tous en titane, alliage métallique permettant une parfaite intégration à l’os. Il s’agit de la matière très bien tolérée, utilisée depuis bientôt presque 50 ans. Toute les prothèses métalliques implantées dans le corps humain sont aujourd’hui en titane (prothèse de hanche, genoux…). Les rejets sont rarissimes et l’ablation des plaques n’est pas toujours nécessaire.

J’aimerais remplacer des dents perdues par des implants, mais apparemment il n’y a pas assez d’os pour permettre une implantation stable. Quelles sont les solutions ?

Toute mâchoire peut recevoir des implants, mais ceux-ci nécessitent une hauteur / largeur minimale d’os pour assurer une stabilité primaire, indispensable pour une bonne intégration.
Selon le niveau osseux disponible (visible sur un dentascanner), nos chirurgiens vous proposeront les solutions les plus adaptées : greffes osseuses en apposition ou en comblement (soulevé de sinus, dit « sinus lift »), sur un site unique ou multiple. Tous les déficits osseux peuvent être réparés.

Quels substituts utilisez vous en en greffe osseuse ?

Selon le déficit osseux et sa localisation, le chirurgien vous proposera différente solutions. Chaque fois que possible, c’est l’os du patient lui-même qui sera utilisé (prélèvement et greffe chez le même patient) car c’est la méthode la plus sûre, la plus éprouvée et qui permet de réparer de grandes pertes osseuses. La formation du chirurgien Maxillo-facial lui permet de prélever cet os sur la mâchoire elle-même, mais aussi à différents endroit du corps si une quantité importante est nécessaire.

Pour les petites greffes osseuses, le chirurgien pourra selon votre choix vous proposer d’autres matériaux de comblement, ceux-ci étant utilisés depuis longtemps également en chirurgie pré implantaire.

Quelles interventions de chirurgie plastique faciale sont prises en charge par la sécurité sociale ?

Toutes les interventions ne relevant pas de la chirurgie esthétique pure. Ainsi, la chirurgie des oreilles décollées, les rhinoplasties après traumatisme, la chirurgie des paupières avec retentissement sur la vision, la chirurgie des décalages des mâchoires (chirurgie orthognathique) peuvent justifier d’une prise en charge par l’assurance maladie.

Quels sont les consignes à observer après une chirurgie buccale ou des mâchoires ?

L’alimentation doit être le plus souvent molle et froide les deux ou trois premiers jours. Des poches de glace appliquées pendant 48h après l’intervention sur les joues ou sur les zones opérées permettent de limiter grandement la survenue de l’œdème (gonflement) post opératoire. Les fils de suture utilisés pendant une chirurgie buccale sont la plupart du temps résorbables et partent en quelques jours à quelques semaines. L’ouverture buccale peut être un peu limitée pendant quelques jours après l’intervention. Il vaut mieux éviter de prendre l’avion pendant la phase d’œdème post opératoire. Celle ci peut très bien ne pas avoir lieu, elle est à son maximum le lendemain de l’intervention et s’amende rapidement par la suite.

Combien de temps observer avant de poser un implant après extraction dentaire ?

Un implant peut être posé immédiatement après l’extraction dentaire si les conditions locales et générales s’y prêtent. Dans le cas contraire, on attend classiquement trois mois (temps de la cicatrisation muqueuse et osseuse) avant d’implanter.

Faut-il arrêter de fumer avant une intervention ?

Oui, cela est unanimement recommandé, ce d’autant plus si il s’agit d’une intervention complexe. Le tabac entrave la cicatrisation des tissus quels qu’ils soient (peau, muqueuse, os) et expose davantage aux infections, troubles sensitifs et aux lâchages de suture. Idéalement, le patient doit arrêter de fumer trois semaines avant la chirurgie.

Que faire en cas de problème après l’intervention ?

Aux heures ouvrables, tout patient pris en charge par un des praticiens peut être revu à par son praticien ou par un de ses associés en cas de problème (douleur, saignement, infection, problème de cicatrisation, question quelconque). Merci dans ce cas de téléphoner au secrétariat qui programmera un RDV dans les meilleurs délais. Le week-end, les jours fériés et en dehors des horaires d’ouverture, un de nos médecins peut être joint (pour conseil téléphonique ou examen) via la clinique où le patient a été opéré.

Lexique

Maxillaire
mâchoire du haut
Mandibule
mâchoire du bas
Rhinoplastie
chirurgie du nez, permettant une amélioration de sa forme ou de sa fonction
Blépharoplastie
chirurgie des paupières, pour excès de peau ou anomalie de forme ou de fonction
Parotide
une des 3 glandes salivaires principales. Nous avons tous deux parotides, dont le rôle est de secréter et fournir de la salive
Glandes salivaire
nous possédons tous trois paires de glandes salivaires principales : les glandes parotides, les glandes sous mandibulaires et les glandes sub linguales, ainsi qu’une multitude de glandes salivaires accessoires situées dans la muqueuse buccale et le palais.
Lambeau
procédé de chirurgie réparatrice visant à reconstruire une perte de peau, de muscle, d’os, (due à un traumatisme ou à une intervention) par transposition de tissus pris sur le patient lui-même. Ce lambeau peut être prélevé à coté de la zone à reconstruire ou à distance
Implant
vis en titane enfouie dans l’os des mâchoires réalisant une racine dentaire artificielle sur laquelle est posée une prothèse
Greffe osseuse d’apposition
greffe venant élargir l’os des mâchoires pour permettre la pose d’implant(s).
Sinus lift ou soulevé de sinus
greffe osseuse interposée sous la muqueuse sinusienne pour permettre la pose d’implants
Otoplastie
chirurgie du pavillon de l’oreille (oreille externe) permettant de le ré-ourler lui redonner sa forme ou corriger des oreilles décollées
Septoplastie
chirurgie de la cloison nasale
Ambulatoire
rentrée à la clinique le matin de l’intervention et sortie le soir même
orthognathique
chirurgie visant à rendre les mâchoires « droites », c’est-à-dire à corriger les anomalies de forme et les décalages
Génioplastie
modification du menton osseux
Disjonction
procédé chirurgical initial permettant une expansion progressive des mâchoires.
Toxine botulinique
toxine permettant de relâcher les muscles, utiles dans les spasmes, la symétrie des paralysies faciales, les douleurs par contractures et la médecine esthétique.
Acide hyaluronique
substance analogue à celle trouvée dans le corps humain, permettant le remplissage de certaines zones du visage, résorbable en 6 à 12 mois.
Lifting
processus de retendre les tissus. Peut concerner le cou, les joues, les paupières, les lèvres
Ostéotomie maxillaire ou mandibulaire
procédé chirurgical permettant de fragiliser la mâchoire du haut ou du bas afin de modifier leur forme ou leur position
(Dent) incluse
retenue dans l’os des mâchoires
Ostéosynthèse
procédé de chirurgie osseuse permettant la fixation au moyen de mini plaques et mini vis en titane.
Titane
métal biocompatible et très résistant, utilisé de manière universelle en chirurgie osseuse.
Haut de page